Revêtement mural en bois, la touche finale à votre décoration intérieure

Il existe plusieurs façons de décorer une salle. Le choix du revêtement mural se catégorise parmi les plus importants pour assoir un style voulu. C’est dans cette perspective que le bois, un des matériaux les plus élégants qui soient, fait office de premier choix pour un revêtement mural de qualité. Pourquoi exactement choisir ce type de revêtement ? Quels sont les différents modèles à considérer ? Qu’en est-il des normes de sécurité, des types de pose et de l’entretien ? Ces quelques lignes vont vous éclairer à dans le choix d’un revêtement mural bois.

Les avantages d’un revêtement mural en bois

Le choix du bois comme revêtement mural présente plusieurs avantages. Cela est notamment d’ordre utilitaire et pratique.

En effet, le revêtement mural bois​ fait office de décoration d’intérieur unique. La matière naturelle offre l’élégance qui transforme un style classique en un décor ravissant et chaleureux. D’une manière concise, le revêtement en bois apporte un charme unique au décor avec son lot de sophistication et de raffinerie.

Par ailleurs, le bois est une matière polyvalente pouvant acquiescer un bon nombre de travaux et de transformations. Par cela, opter pour un revêtement en bois permet de mettre en œuvre une infinité de designs et de combinaisons. De quoi faire un bon choix. On retrouve une liste non exhaustive comprenant le bois franc, le bois naturel, les imitations bois et enfin les imprimées 3D. Que ce soit en termes de couleur, de texture, de sens de la pose, de motif et encore de finition, le choix est vôtre.

Pour compléter ce panel d’avantages, le revêtement en bois est une excellente matière pour parer à l’isolation phonique et thermique. De quoi joindre l’utile à l’agréable.

Revêtement mural en bois, la touche finale à votre décoration intérieure
Revêtement mural en bois, la touche finale à votre décoration intérieure

Les différents modèles de revêtement mural en bois

Comme susdit, il existe un bon nombre de combinaisons lorsqu’il s’agit de revêtement en bois. Cela inclut d’innombrables modèles dont les plus connus sont :

  • Le parement en bois

Longtemps catégorisés parmi les revêtements de sol, les parements en bois s’invitent aujourd’hui dans votre intérieur pour revêtir votre mur ou encore pour revêtir votre plafond. Le parement en bois est constitué de petites plaques de 3 cm d’épaisseur au plus et qui sont fixées au mur. Les lames peuvent avoir différents motifs. Dans la plupart des cas, ces plaquettes sont faites à base de Teck, de chêne ou de noyer.

  • Le panneau de lambris

Le lambris est traditionnel revêtement de mur. Le lambris se décline sous différentes matières, dont le bois. En général, les bois bruts sont les plus favorisés, dont le pin ou encore le sapin. Le lambris se présente sous forme de feuilles fines et larges, assemblées ou non, pouvant faire l’objet de diverses finitions (vernissage, peinture, etc.)

  • La planche rustique

La planche rustique se présente comme la solution idéale pour un budget serré et un décor avec un style distingué. Les quelques morceaux de bois, travaillés et affinés forment à eux seuls un décor unique alliant originalité et simplicité.

  • Les rondelles de bois

Issues de buches découpées, les rondelles sont disposées au mur suivant une forme voulue. Il n’y a pas de règle en la matière, il suffit de suivre son inspiration et de laisser faire son imagination.

Quelle essence de bois choisir ?

Les revêtements en bois peuvent être classifiés en plusieurs catégories. Cette classification se fait en fonction de plusieurs critères, dont l’usage et la destination. Par cela, des normes sont érigées en la matière. On distingue trois catégorisations principales dont :

  • Les classes de durabilité

Qui distinguent les revêtements en bois suivant la résistance du bois face au risque biologique, qui est généralement la résistance face aux infestations. On rencontre principalement :

  • La durabilité vis-à-vis des termites classe D (durable), classe M (moyenne) et classe S (sensible)
  • La durabilité vis-à-vis des insectes à larves xylophages qui ne comprend que deux classes, D et S.
  • Les classes d’emplois

Qui permettent de distinguer les revêtements suivant un niveau de résistance à l’eau et à l’humidité. Ces indications sont alors précieuses en ce qui concerne le choix de la salle d’installation. Il est alors possible de faire un choix suivant qu’il s’agisse d’un revêtement :

  • Pour des murs intérieurs

Il est conseillé de favoriser les classes d’emplois 1 dont le frêne, le hêtre, le sapin ou encore le châtaignier. La durabilité de ces essences peut battre des records s’ils ne sont pas en contact avec de la pluie, de la condensation ou encore à des variabilités brusques de températures. Ces essences sont les mieux adaptées pour une pièce de vie.

  • Dans les pièces d’eau

Le mélange d’eau et de bois n’est pas toujours bénéfique. Cependant, cela n’est pas impossible. Pour apporter un peu de chaleur dans une salle de bain ou autre, il faut prioriser les essences de classe 2, de classe 3 et de classe 4. Le choix se fait suivant les risques de projection et de contact direct, dont la classe 4 est la plus résistante, donc celle apte à être installer la plus proche d’une source d’eau.

  • Pour les pièces humides

Dans cette catégorie, il est préférable de choisir des bois résistants à l’eau à l’exemple du teck ou du bambou. Mais dans tous les cas, il est conseillé d’aérer la pièce et d’y permettre une meilleure ventilation.

Petite remarque sur les risques d’incendie est à faire. Étant donné que les matériaux bois s’enflamment rapidement, il est nécessaire de se référer aux normes européennes édictées par le NF EN 13501-1.

Les modes de pose à savoir

La faisabilité technique de chaque projet est un préalable incontournable. La nécessité d’un menuisier professionnel se traduit par le besoin de finesse et de précision, mais aussi de savoir-faire.

Il faut savoir qu’il existe un bon nombre de poses possible. Le choix dépend de l’effet souhaité.

Ainsi, on retrouve :

  • La pose horizontale, pour comprimer une pièce ;
  • La pose verticale, pour rehausser la pièce ;
  • La pose diagonale pour avoir un effet décalé ;
  • La pose sur ossature pour parfaire un mur abîmé ou encore un mur irrégulier ;
  • La pose clouée, agrafée ou clipsée pour une meilleure isolation et un effet compact ;
  • La pose collée, pour un effet lisse et bien soigné.

L’entretien du revêtement mural

Il existe certains préalables aux travaux. En effet, pour un revêtement durable, le séchage du bois est obligatoire. Cela se fait suivant le type d’essence choisi. Par cela, l’application d’une finition hydrofuge suivant les caractéristiques du bois est à prévoir.

Un nettoyage quotidien s’impose pour bien entretenir son revêtement en bois. Pour cela, il importe de dépoussiérer le revêtement avec un chiffon en coton mouillé. Pour éliminer les tâches, un coup d’éponge savonné et le tour est joué.

Pour un coup de jeune, un ponçage et un cirage de temps à autre sont les bienvenus.

We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply